Extrait de Tender Buttons, par Amy Berkowitz

« L’histoire de ma douleur n’est pas une histoire facile à raconter. Et je ne parle pas de la difficulté émotionnelle à la dire; c’est l’intrigue elle-même qui est déroutante. Le traumatisme n’est pas linéaire. Il y a des retours en arrière et des sauts vers l’avant. Et mon histoire est une histoire d’oubli. Oubli est l’un des personnages principaux; à vrai dire, il se pourrait qu’il soit le héros. Oubli arrive en piqué au bout d’une corde pour me sauver immédiatement après mon viol. Il m’enlace de son bras libre tandis que nous nous balançons jusqu’en lieu sûr, et dit : « Tu ne peux pas faire face à ça maintenant, mais tu t’en souviendras lorsque tu auras 23 ans, et tu auras alors de meilleures défenses psychologiques, et un bon thérapeute. »  

Si Oubli est le héros de l’histoire, qui est Mémoire?  Et qu’advient-il de Mémoire à la fin? »

--

Excerpt from Tender Buttons, by Amy Berkowitz,

“The story of my pain is not an easy story to tell. And I'm not taking about the emotional difficulty of telling it; I mean the plot itself is confusing. Trauma is nonlinear. There are flashbacks and flash-forwards. And my story is a story about forgetting. Forgetting is one of the main characters; in fact, he may be the hero. Forgetting swoops down on a rope to rescue me right after my rape. He holds me with his free arm as we swing back to safety, saying, "You can't handle this right now, but you'll remember when you're 23, and you'll have better psychological defences then, and a good therapist."

If Forgetting is the hero of the story, who is Memory? And what happens to Memory in the end?”