Extrait de Trois femmes: un poème à trois voix, par Sylvia Plath (Traduit de l’anglais par : Laure Vernière et Owen Leeming)

Je ne suis pas laide. Je suis même jolie.

Le miroir me renvoie l’image d’une femme

sans difformité.

Les infirmières me rendent mes vêtements,

et une identité.

C’est normal, disent-elles, et ça arrive.

C’est normal dans ma vie, et dans la vie

des autres.

Une sur cinq, plus ou moins. Je n’ai pas

perdu l’espoir.

Je suis belle comme une statistique. Voici

mon rouge à lèvres.

Je dessine sur l’ancienne bouche.

La bouche rouge que j’avais déposée avec

mon identité.

Il y a un, deux, trois jours. C’était un

vendredi.

Je n’ai même pas besoin de congé ; je peux

travailler dès aujourd’hui.

Je peux aimer mon mari, qui comprendra.

Qui m’aimera à travers les nuages de mon

infirmité

Comme si j’avais perdu un œil, une jambe

ou une langue.

Et me voilà debout, un peu aveuglée.

Je m’éloigne

Sur des roues, en guise de jambes,

ça marche aussi bien.

Et j’apprends à parler avec les doigts,

pas avec la langue.

Le corps est plein de ressources.

Le corps d’une étoile de mer peut faire

repousser ses bras

Et les salamandres sont prodigues en jambes.

Que je sois

Prodigue en ce qui me manque.

--

Excerpt from Three women: a poem for three voices, by Sylvia Plath

I am not ugly. I am even beautiful.

The mirror gives back a woman without deformity.

The nurses give back my clothes, and an identity.

It is usual, they say, for such a thing to happen.

It is usual in my life, and the lives of others.

I am one in five, something like that. I am not hopeless.

I am beautiful as a statistic. Here is my lipstick.

I draw on the old mouth.

The red mouth I put by with my identity

A day ago, two days, three days ago. It was a Friday.

I do not even need a holiday; I can go to work today.

I can love my husband, who will understand.

Who will love me through the blur of my deformity

As if I had lost an eye, a leg, a tongue.

And so I stand, a little sightless. So I walk

Away on wheels, instead of legs, they serve as well.

And learn to speak with fingers, not a tongue.

The body is resourceful.

The body of a starfish can grow back its arms

And newts are prodigal in legs. And may I be

As prodigal in what lacks me.