Does care have a gender? (« y a-t-il un genre pour prendre soin? ») est un projet continu composé d’une collection de portraits vidéo intimes des amis queer, trans et non binaires de l’artiste, saisis dans des moments de soins de soi ou de soins mutuels à l’intérieur d’espaces domestiques – aucun des personnages principaux présentés dans cette œuvre ne s’identifie comme femme cis. Abordant les notions de domesticité, de famille et de soins, les histoires de ces personnages constituent une voix importante, mais sous-représentée, dans les conversations portant sur la féminité et des genres. Plutôt que de contraindre ses sujets à expliquer leurs identités, Kinga Michalska choisit de les présenter dans des moments ordinaires, facilitant l’identification entre les sujets et les personnes qui regardent. Le choix des mini cassettes DV de style vidéo maison classique sert à récupérer ce format en l’investissant d’histoires d’affinités queer, de familles queer et d’amour queer. Par ordre d’apparition : Candi; Lactatia et Coriander; Jordan; George, Pomona et Vanja; Shahir; Hannah et Jack.

--

Does care have a gender? is an ongoing project that is comprised of a collection of intimate video portraits of the artist’s queer, trans and non-binary friends, captured in moments of self-care and mutual care within domestic spaces; none of the main characters presented in this work identify as cis-women. Touching on notions of domesticity, family and care, their stories are an important, yet underrepresented, voice in the conversation about femininity and gender. Rather than having her subjects do the work of explaining their identities, Michalska chooses to present them in ordinary moments, facilitating the identification between subject and viewer. The choice of mini DV tapes in the style of traditional home videos serves to reclaim this genre for storytelling through queer kinship, queer families and queer love. In the order of appearance: Candi; Lactatia and Coriander; Jordan; George, Pomona and Vanja; Shahir; Hannah and Jack.